samedi 4 février 2012

In Dan Ichbiah we trust ! Interview d'un écrivain: Auteur de la Saga des jeux vidéo.

Avant propos
L’appel vient d’aboutir, ce son si caractéristique qui précède la fermeture des portes me le confirme de suite, nous sommes dans le métro ; aucun doute là-dessus. L’interlocuteur répond, la voix m’est  familière, car entendue sur France inter ou encore Direct star il y a quelques jours seulement. À l’appareil : Daniel Ichbiah, auteur de la fameuse "Saga des jeux vidéo".
Nous échangeons trois phrases. Il est à la Madeleine, en direction du ‘ taff ’, le magazine où il exerce  ‘ Comment ça marche ’, pour le citer, il y est rédac chef, logique. Après quelques échanges, toujours depuis le wagon, il me fredonne Yoshi’s Island, la mélodie principale… le ton est donné, le rendez-vous aussi ! C’est pour demain, 15h,  au calme, qu’on puisse s’entendre…  
Le lendemain, vers 15H02...
Bonjour Daniel,
Comment t’es venu l’idée d’écrire un livre sur l’histoire des businessmen et des créateurs de jeux vidéo ?
J’ai eu le déclic, en 1996, durant l’E3 (le salon de l’électronique qui se déroulait, déjà à cette période, à Los Angeles) .J’étais rédacteur, pour un magazine de jeux vidéo. Dans une foultitude de jeux, que je devais tester, je me suis arrêté sur un titre, jouable en ligne, l’un des premiers du genre. En quelques minutes, et à distance donc, j’ai sympathisé avec le joueur adverse, sans rien connaitre de lui, comme ça. Très vite, on s’est marrés comme des gamins à échanger quelques vacheries... C’était un jeu de stratégie, dont j’ai, d’ailleurs, oublié le nom ! Juste après cette première partie en ligne  je me suis dis : ce truc peut changer le monde ! Sans a priori de couleurs, de nationalités, d’opinons politiques, religieuses ou autres, j’ai eu le sentiment que toutes les barrières sociales pouvaient sautées et dans une vaste marrade ! Le loisir du XXI EME siècle : c’est ça ! Par la suite et assez vite, en biographe,  je me suis aperçu - et ça me choque encore - que certains jeux, bien qu’étant de véritables œuvres d’arts, avaient  pour créateurs d’illustres inconnus !  Je me suis dis, qu’il fallait absolument réparer ça, laisser une trace de tout cela. Ces bâtisseurs de rêves devaient être reconnus ! 

Il y a eu trois éditions de ‘ La saga du jeu vidéo ’, avant la quatrième puis la cinquième édition qui vient de sortir chez Pix n love. Comment est ce que tout cela c’est passé, comment t’ont-ils convaincus pour faire ces nouvelles versions ? Comment as-tu pu ajouter tous ces changements ?
Chez Vuibert où est sorti la 3ème édition, ils n’ont pas bien compris le sens du livre : les envolées lyriques, le coté fou des évènements qui s’enchainent, s’entrecroisent… ils étaient 4 ou 5 correcteurs et qui passaient leur temps à me rougir les pages ! Et quoi de plus frustrant, pour un écrivain, que de se voir autant corrigé. Lorsque Florent Gorges m’a téléphoné, on s’est tout de suite compris. J’étais libre, de faire le livre tel qu’il est aujourd’hui. Dans le même esprit, pour cette dernière édition, il a encore été  augmenté en contenu, de nouveaux trucs invraisemblables !
Autant, pour cette cinquième édition, ont étés ajoutées l’histoire des évolutions les plus récentes du jeu vidéo (Kinect, I phone et les jeux sur les réseaux sociaux) autant il y a des anecdotes qui ont été retirées des toutes première éditions, est ce qu’il y a des choses dont tu te souviens ? Pourquoi certaines anecdotes  n’ont-elles plus leur place dans les deux dernières versions ? (Les plus complètes, de loin).  
Il y a des faits qui perdent de leur valeur avec le temps. J’ai, par exemple, retiré la polémique autour du jeu MORTAL KOMBAT qui avait même mobilisé Hillary Clinton avec tout un discours qu’elle avait développé sur la violence des jeux etc. C’est vrai qu’il y a des jeux violents, qui vont trop loin d’ailleurs, mais ce ne sont pas ceux-là qui font du jeu de l’art. Et on ne parle plus de la même chose. Ce sujet était de l’ordre des stéréotypes. Dans le même genre je me souviens d’une espèce de docteur ‘ phychiatro-trosphique ’, lors d’un passage radio où j’étais présent, qui en direct, se fendait d’avoir écrit un rapport, tout ce qui a de plus précis, sur le fait que le jeu de Nintendo ‘ l’entrainement cérébral du docteur Kawashima ’ ne rendait pas intelligent. Un peu intrigué, je lui demande alors s’il a joué au jeu en question. Il me répond que non ! Mais qu’il a étudié le sujet et que blabli-blabla… Même  la fille d’Europe 1, qui animait le débat,  lui est même rentrée dedans ! Pour ma part je lui ai simplement rappelé qu’avant de dire que l’eau est froide, c’est bien d’y tremper l’orteil...

Pour rendre le récit de la saga des jeux vidéo et à la fois plus simple mais aussi plus rythmé, tu as dû retirer certains recueils de créateurs -pourtant riches en informations- est ce que tu peux nous en citer un ? 
J’ai pas mal de chose sur Sid Meier (Série des Civilisations). Et j’aimerais beaucoup faire quelque chose autour de Peter Molyneux (Populous, Dungeon keeper, Fable). De quoi débuter un nouveau tome, qui sait…. Avec Microsoft et la Kinect, j’ai eu du mal, mais au final il y a des choses plutôt sympas et qui figurent dans le livre…

Combien de temps prennent tes interviews en général ? Michel Ancel, par exemple, dont tu as coécrit la biographie (Egalement aux Editions Pix n love) avec ‘ big pix ’, Sébastien Mirc, combien de temps t’as-t-fallu ?
Ça c’est passé en deux voyages, à Montpellier, je ne sais pas, il doit bien y avoir 8 heures d’enregistrement… bon et puis avec l’expérience, j’ai de la technique pour les questions, je peux faire vite tout en allant à l’essentiel. Les témoignages des proches sont aussi un bon complément pour une bio (Nicolas Choukroun, par exemple, l’un des pionniers, il était là, au tout début d’Ubisoft avec Ancel. Il a travaillé chez Cryo, aussi.).

Tu as eu beaucoup de retours sur tes biographies, des intéressés principaux, du bon et du moins bon : Steve jobs, Bill Gates, Madonna, Jean louis Aubert, tu as son téléphone (Attention, il y a un gag ^^) ?
Si j’ai le téléphone de Jean louis Aubert, ah oui, ok ^^. Aubert m’en a un peu voulu à la sortie de la bio sur téléphone,  certains passage avec Corine. Il y a des choses qui sont difficiles à cicatriser... En revanche, l’un des amis d’enfance du groupe Téléphone est devenu l’un de mes meilleurs amis. Philippe Ulrich, Bill Gates (lui, ne le dirait peut-être pas comme ça) sont aussi de mes amis désormais… réputé difficile à interviewer Gates m’accorde facilement un entretien… bien sur qu’il y a des retours !   

Qu’est ce tu penses du monde actuelle ? En ce qui concerne la presse : les magazines qui disparaissent les uns après les autres (Joypad, récemment). Ou pour ce qui est des jeux : L’importance prise des jeux dématérialisés avec des titres qui perdent donc la possibilité d’être échangés, prêtés, revendus… ils sont amenés à disparaitre, d’après toi ? Tout comme nos bonnes vielles manettes de jeux? C’est quoi l’avenir : Un casque qu’on enfilera (A la Virtual Boy) mais pour se voir apparaître dans un VRAI film interactif ?
Je crois aux jeux simples dans l’utilisation des nouvelles technologies.  Autant l’absence de boutons peut permettre de simplifier l’accès aux jeux vidéo à des gens qui jusque là n’y jouaient pas, autant la technologie se doit d’être pratique. Lors d’un salon, qui avait pour thème la réalité virtuelle, je me souviens de Peter Molyneux, dont nous parlions tout à l’heure, qui  me racontait être passé après quelqu’un avec un casque virtuel. Il y avait encore les pellicules du type précédent sur l’accessoire, il n’est pas allé plus loin ! Pour ce qui est des magazines, l’info, jetable,  à besoin de rapidité et donc pour cette raison les tablettes et l’Internet ne peuvent que remplacer les mags, à terme. En revanche, les livres et tout ce qui a un coté ‘ définitif ’, muri par une réflexion, élaboré avec du temps, les choses empruntes de nostalgie et que l’on peut collectionner, elles resteront. Un peu  comme le vinyle ou le CD vis-à-vis du mp3, ils y a des choses qu’on veut garder comme une affiche et physiquement.
 

Des souvenirs avec un jeu, une anecdote personnelle autour de soft, des titres que tu préfères ?
Tu m’as parlé de ta fille et de vos parties sur Crash Bandicoot, Rayman Origin. Je me souviens d’avoir vue ma fille joué au Roi Lion sur PS1, c’était drôle de la voir avec son premier jeu. Ses réactions avec la manette alors que le lion bougeait… Il y a eu Yoshi aussi, Star fox est également sympa a jouer avec un enfant. Sinon, personnellement j’ai adoré FF IX (Les graphismes, l’ambiance, c’est l’épisode que je préfère !) et la drôlerie de Monkey Island (l’écriture des dialogues, le personnage principal), l’intelligence de jeu, des situations… comme ce passage où il faut faire fondre la montagne de fromage. Puis, il y a Myst, pour les bruitages. Le jeu, très épuré,  est transcendé par ses sonorités, tout y est souligné, comme au cinéma…
Prêt pour le quizz ? 
Prêt ^^ !
A suivre: le premier retrogame quizz ! En invité: Daniel Ichbiah... to be continued. 

La Saga des jeux vidéo (5ème édition), par Daniel Ichbiah, (Editions Pix'n love), 520 pages, est disponible pour  19 € sur Amazon, sur Fnac.com, sur le site de Pix'n Love, et dans la plupart des librairies francophones..

2 commentaires:

  1. Cool je viens de l'acheter!!! Ca me donne encore plus envie de le lire!

    RépondreSupprimer
  2. Interview très fraiche, très agréable. Merci.

    RépondreSupprimer

 
over-blog.com