vendredi 20 décembre 2013

LES INDISPENSABLES de la guerre Nintendo-Sega (3/8).


Une fois par mois Yacine Djebili revient sur la guerre Nintendo-Sega en opposant DIX JEUX marquants et pour chacune de ces consoles ...
(lire l’épisode qui précède)
 
Haut du formulair
Les Jeux NES (2ème partie)

Batman Le côté sombre de la NES

Adaptation du film à succès de Tim Burton, le Batman de la NES édité par Sunsoft est devenu avec le temps l'un des plus beaux exemples de la capacité du support à recréer des ambiances. Hélas, nombre d'adaptations de films sur console n'ont donné que de fort médiocres jeux, ici c'est tout l'inverse. Batman sur NES est un soft époustouflant à tous points de vue. Graphiquement superbe, nanti de contrôles à la fois simples et élaborés et d'un level design à toute épreuve, Batman est un jeu sombre et d'un niveau de difficulté élevé, destiné à des joueurs expérimentés et qui à lui seul vient infirmer l'image d'une NES réservée aux enfants...


A l'image d'un Tim Burton, les programmeurs de Sunsoft ont en outre réussi le prodige d'avoir subtilement retranscrit tout un environnement très particulier fait à la fois d'immersion et d'obscurs dédales, entrecoupé de cutscenes magnifiques respectant les lieux du film, une initiative encore rare sur NES (exception faite de la série des Ninja Gaiden de Tecmo, dont le gameplay de ce Batman se rapproche fortement).


Bref, encore un de ces jeux qui font honneur à leur support, et vraisemblablement l'une des meilleurs adaptations de film en jeu vidéo de l'époque voire de l'histoire. Un jeu sombre pour un héros sombre, témoin de la maturité de la NES.

Castlevania L'horreur a un nom

Après tout, il n'était guère besoin d'attendre le Batman précité pour voir à quel point la NES pouvait jouer avec les nerfs de son public... Le premier volet de Castlevania vint dès 1986 démentir l'axiome "NES=jeux pour enfants". Ici, le ton est donné, l'antre lugubre du prince des Vampires, le sinistre Dracula, sera le théâtre du périple du héros Simon Belmont, odyssée sinistre et éprouvante qui vous mènera au tombeau même du prince des Ténèbres, éternellement voué à revenir et terrifiant.


Outre le fait que Castlevania soit devenue une des licences les plus prestigieuses du jeu de plates-formes et du jeu vidéo dans son entier avec de futures déclinaisons d'un niveau de qualité très élevé, ce jeu de Konami aura également marqué les esprits par une difficulté poussée qui, dès l'origine, semblait donc réserver ce jeu à un public plus adulte, plus chevronné ou tout au moins très persévérant !



Ce premier volet sur console Nintendo porte déjà en lui tout ce qui caractérisera la série à venir : contrôles précis très exigeants, ambiance morbide portée par des lieux austères et menaçants, niveau d'apprentissage élevé du à un level design alambiqué conjugué aux impératifs d'une maniabilité spéciale, le tout régulièrement émaillé de références aux mythes vampiriques ainsi qu'à la littérature attenante. Une forte présence de symboles religieux (crucifix, vitraux, lieux consacrés tels chapelles et cimetières) donne à Castlevania une dimension mystique voire transcendantale à mille lieues de l'univers mignon et enfantin d'un Super Mario Bros.Avec ce tout premier avatar des tribulations salvatrices des membres de la famille Belmont (car la chronologie future de Castlevania devra mettre en scène descendan ts et même ascendants du noble Simon), Konami donne à la NES le privilège de compter un nouveau départ de série culte parmi son catalogue.

Mega Man 2 L'androide mascotte de Capcom

Le premier épisode de Mega Man, nouvelle série qui connut son départ sur NES, avait marqué les esprits par son ingéniosité et la qualité de ses environnements, mais avait laissé un arrière-goût quelque peu frustrant du à une difficulté réellement disproportionnée, qui réservait ce titre à une élite de joueurs endurants.



Sa suite opère une rééquilibrage notable avec des contrôles améliorés et un niveau d'âpreté revu à la baisse, sans pour autant devenir un jeu facile. Les apports techniques de Mega Man 2 constituent une démonstration convaincante des capacités de gestion de sprites par la console. Même si certaines limites se font sentir, le jeu offre pour la première fois des sprites gigantesques et détaillés à l'écran, porteurs de toute la personnalité du jeu.
Mega Man 2 reprend l'innovation majeure de son prédécesseur en conditionnant la progression du joueur à une stratégie raisonnée et à un bon choix de l'ordre des stages à effectuer. Chaque ennemi abattu donne de nouveaux pouvoirs au héros, dont la correcte utilisation sera la condition sine qua non d'une avancée soutenue dans les dédales mécaniques blindés de robots aux attaques variées et bien souvent ajustées.



Mega Man 2 se singularise également par rapport à son prédécesseur en abandonnant tout impératif de score, le jeu ne considérant ici que la progression de celui qui s'y adonne. Un choix qui pouvait sembler étonnant voire malheureux, mais la taille des lieux à explorer ainsi que certaines séquences de plates-formes ardues ainsi que l'aspect stratégique de l'utilisation des armes compensent largement ce défaut de score, au point même de définitivement l'occulter.Un jeu ambitieux qui contribue à ériger la NES comme une machine surprenante et Mega Man comme un personnage marquant de la console, et par la suite du jeu vidéo également.

Duck Tales Tiercé gagnant Disney/Nintendo/Capcom

Les personnages Disney ont toujours été une manne pour tous produits dérivés, leurs aventures se sont également déclinées en jeu vidéo. Capcom, éditeur du Mega Man précité et détenteur de la licence Disney sur consoles Nintendo, développa toute une série de titres ayant comme héros ces personnages, avec comme touche de génie de les faire intervenir dans des environnements proches de ceux de leurs séries respectives tout en ne négligeant pas la narration spécifique à l'intrigue des jeux eux-mêmes.


Duck Tales sur NES est à n'en point douter le plus noble représentant de cette génération de jeux "Disney/Capcom". Basé sur l'univers de la série éponyme rebaptisée La Bande à Picsou et diffusée à partir de 1988 en France dans l'émission Disney Channel, Duck Tales est une course au trésor (vu la personnalité avide de son héros, comment en eut-il été autrement ?) mais aussi et surtout un jeu de plates-formes riche et coloré. Long et doté d'une maniabilité originale via la canne de l'oncle Picsou, Duck Tales agrémente son parcours de tout un tas de bonnes initiatives comme les chemins alternatifs et les trésors spéciaux habilement disséminés aux quatre coins du jeu.


Le jeu est à ce jour l'un des succès de la NES entre entres grâce à sa fidélité graphique à la série dont il est tiré, et illustre à lui tout seul une philosophie hélas un peu oubliée : les jeux à licence, quand ils sont développés avec talent et sérieux, ne sont pas tous de vulgaires titres bâclés et racoleurs.

Super Mario Bros 3 L'apothéose de la NES
 
Le marché européen du jeu vidéo souffrait en cette époque d'une tare majeure, il était toujours le dernier servi. Et jamais autant qu'avec Super Mario Bros 3 ce délai n'avait été si injuste ! Sorti dès 1988 sur Famicom, Super Mario Bros 3 n'arrivera sur NES qu'en 1991.



Flagrante injustice selon laquelle les joueurs non japonais doivent attendre de recevoir à leur tour leur version d'un jeu dont le succès était pourtant prévisible dès l'origine. Super Mario Bros 3 brille entre tous les titres de la NES tant par son ampleur que par la qualité irréprochable de tout ce qui le compose. Après un passage tourmenté du Super Mario Bros originel à un Super Mario Bros 2 sans rapport aucun avec le Super Mario Bros 2 déstiné au marché nippon, le troisième volet magnifie tout ce que Mario avait apporté en 1985 pour aboutir à un parangon du jeu vidéo sur console 8 bits.

 
 
Graphiquement superbe, d'une maniabilité exemplaire encore trop rarement égalée, de tout un panel d'actions aussi extraordinaires que variées, d'une révolution de level design incluant notamment l'arrivée de niveaux aquatiques infiniment plus approfondis, Super Mario Bros 3 a totalement chamboulé la conception même de ce que devait être un mégahit sur support 8 bits. Un soin éminent a présidé à cette réalisation qui marquera l'histoire ludique et donnera à Mario ses plus légitimes galons de mascotte de Nintendo, faisant de ce volet le jeu qui couvrit de son ombre tous les autres jeux sur console 8 bits. Durée de vie étendue, secrets à foison, multiples opportunités toutes adaptables aux niveaux du jeu et permettant une infinité de lectures du titre en question, Super Mario bros 3 est un jeu inépuisable, attachant et intemporel.


Avec Super Mario Bros 3, Nintendo porte un coup très sévère au concurrent Sega dont la mascotte nouvelle n'était encore que balbutiante malgré ses débuts prometteurs. Avec ce titre, Big N disposait désormais d'un atout de poids dans sa lutte pour la suprématie de ses réalisations ludiques. Le jeu connut une popularité telle qu'à ce jour, Super Mario Bros 3 est resté la référence tant ludique que conceptuelle du jeu de plates formes, un classique à la qualité inaltérable et réellement éternelle.

Lire le Chapitre suivant... les jeux master system!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire