dimanche 1 mai 2011

Autobiographie d'un gamer: Tron et le tommytronic 3-D (Game Story Stuff ?)

1982. Nous sommes à la fin décembre, sur les Champs-Elysées. Les lumières de la ville en cette douce nuit d’hiver illuminent de leurs feux la plus belle avenue au monde. Deux gamins, en pleine course, haletant -mais tout sourire- dévalent à toute vitesse l’autoroute de piétons, simulant des motos, évitant les passants. Ces deux flèches de couleurs, sur l’avenue enneigée, freinent bientôt sur la gauche comme pour mieux s’engouffrer, négociant le virage, dans la galerie marchande. Il est déjà 20H00. C’est l’heure du burger K. Le Bacon double cheese, une portion de frites à la végétaline et du coca sont au menu. La pause minimum pour une nuit mémorable. Le tout est englouti et ça repart, immédiatement ! La séance va commencer et « ce serait con d’la louper ». Dans le drugstore, encore ouvert, les jeux électroniques (Game & Watch) côtoient, inaccessibles, les cassettes vidéo. Exhibées en vitrine, certaines VHS sont vendues à 1000 frs !
Contenus sur ces bandes, les films les plus récents.

Tron, des studios Walt Disney, n’y est pas disponible. Normal, il est encore sur les écrans. D’ailleurs, on va le manquer à force de trainasser ! Une fois arrivés sur place, l’UGC Normandie ne nous attendait plus. La grande salle du complexe est dans l’obscurité, le film est commencé. Je trouve un endroit où m’asseoir (les marches, de mémoire). Les personnages à l’écran sont faits de lignes bleues ou rouges tel le décor ; qui scintille également. Ils échangent -se parlent en anglais- et n’ont pas l’air d’accord. Amir (mon pote moto) n’est pas très loin, il est déjà dedans, obnubilé par le spectacle. C’est mon premier film, au cinéma, seul comme un grand j’veux dire.


Quelques semaines après j’aurais la chance, pour prolonger l’expérience Tron, d’avoir ce jouet de couleur rouge (ci-dessus en photo) : le tommytronic 3-D. Se portant comme une paire de jumelles l’on y découvre, à l’intérieur, une horde de trucs plutôt hostiles, ferrailles volantes, qu’il faut détruire. A l’aide d’un tank -que l’on dirige dans des couloirs de droite à gauche- l’on doit viser et marteler, à coup d' laser, les engins qui font  face. Lorsque les tirs sont réussis (et quant l’ennemi est évité) les assaillants explosent en vols, en plusieurs pièces, qui s’éparpillent; de part et d’autres du décor, l’effet visuel est saisissant ! C’est déjà de la 3D, au passage ! Le premier jouet en 3D grand public, dans les faits. A force d’y jouer quelques courbatures aux coudes -et autres effets plus transpirants- me resterons: De tanks rougeâtres qui, en pleine nuit, viendrons charger, en plein sommeil, ma tête remplie d'effets spéciaux. Du coup, c’est plus ce jeu qui me revient désormais plutôt que TRON dont il émane. Et puis l’époque, cette atmosphère, une fois de plus… mélange curieux de vie virtuelle et de réel qui se rencontrent.



Et dire qu'en 2011, au grand palais, à quelques pas de ce souvenir, l'association MO5.com va bientot  retracer (à partir du 10 Novembre) l'histoire du jeu vidéo... y trouverons nous, un exemplaire, encore valide, du tommytronics 3-D ? Ou cet hommage, à peine masqué, rendu à Tron, dans le célebre Radiant silvergun ?


A partir de 1 minute 40, l'on peut en effet reconnaitre (ou bien au moins penser) à deux motos de lumière directement sorties du film ! Et puis, bientot,  un rayon laser imposant et central qui rappellerai... le MCP ?
Rendez-vous est pris en tout cas; avant Janvier et 2012...