samedi 28 avril 2012

D comme Darius (Taito, 1986-2012)


Hisayoshi Ogura, le compositeur de la musique de Darius a voulu évoquer, via une bande-son magnifique : la naissance de l’univers ! Il en résulte une musique hypnotique, qui comporte de nombreuses envolées lyrique et notamment : des chants de sirènes. Des voix  enchanteresses qui résonnent comme autant d’appels aux secours  et doucement nous attirent aux fins fonds des abysses du crépuscule marin. 
Chez Taito on fait dans le poisson ! Et ce depuis 1978 !  Ici encore, et comme dans Space Invaders, les ennemis qui pullulent à l’écran sont directement inspirés des baffons aquatiques : encornets, pieuvres et crabes sont de la partie et le bestiaire s'est enrichi de toutes sortes de poissons ; plus moches les uns que les autres.

Reprenant quelques adjuvants extérieurs -le champ magnétique de protection et les options de Gradius en lice- Darius propose néanmoins, en digne successeur du roi de l’arcade, de redoutables innovations. L’ère de jeu proposée, est la plus vaste de l’époque : l’équivalent de trois écrans classiques réuni d’un seul tenant. Autre originalité -pour 1986- chaque stage se termine par une sélection en choix multiple pour poursuivre son chemin. A l’image d’un Out run (sorti la même année) on retrouve  cette nouveauté; reprise  par de nombreux titres par la suite (dans Galaga 88, par exemple.). Avec plus d’une vingtaine d’embranchement possibles (appelées « zones »), 16 Boss différents et le fait que l’on ne puisse enchainer « seulement » 7 niveaux par partie; nous obtenons là un titre à la « rejouabilité » exceptionnelle et novatrice. 

Le concept est génial ! Chaque partie à un intérêt renouvelé et l’ambiance reste toujours envoutante. Le décorum, plutôt classique –à base d’espace et de planètes- expose ici tous les monstres marins. Une saga est née ! Et la quasi intégralité des bestioles sous-marines -pour incarner l’ennemi- défilera désormais sur les écrans de cette série. Les portages seront nombreux : sur micros (Darius +) et consoles (Darius Plus), les épisodes aussi ; une dizaine de titres pour le total.  Le  shoot them up  -commencé en deux dimensions- et son scrolling de droite à gauche (à défilement horizontale) se verra décliner jusqu’à nos jours jusqu’au récent Darius Burst et sa suite (qui vient de sortir) sur bornes d’arcades, sur psp et sur i phone (ipad, ipod.).

Une Parenthèse comique/Le Descriptif du jeu


Pour retrouver les toutes premières racines « shoot them up » de la série des Darius il nous faut toutefois  remonter à Darius 1er  (Dārayawuš en vieux persan, Δαρεῖος / Dareios en grec ancien), soit environ  -550 ans avant l’invention à couper le beurre et alors que le roi Darius -le plus grand de la dynastie des Achéménides- régnait sur l’empire perse… pour preuve : le dessin ci-dessus et son coté ‘j’mène ma borne en kinect’ et dont vous conviendrez !

Plus sérieusement, Darius signifiant depuis les grecs -et les rois perses- : « la puissance » et en latin le « détenteur du bien » il n’y a qu’un pas à franchir pour y voir, dans le jeu éponyme, la définition du héro que vous incarnez dans son engin spatial. Car vous voilà en effet  face à une horde de poissons (au sens peckimpahiesque du terme: fait d’aciers et de hargne) et guettant le moindre power up pour augmenter votre arsenal (bombes, missiles et tirs) ou, mieux, votre défense (le champ magnétique qui vous englobe.).

VinZ Carnivore

Informations complémentaires: Les différentes versions...

Comment noyer le poisson ?
Darius Plus (1989) : Désigne les versions micros, game boy et pc engine y compris une version supergrafx à l’animation et aux graphismes supérieurs.

Darius 2 dit aussi Sagaia (1990  est sorti : sur Game boy, Nec, Megadrive, Master system, CD Nec, Saturn, Wii).

Darius Alpha (90) : Désigne une version collector et promotionnelle du titre – éditée à 1000 exemplaires- et qui reprend tous les boss de Darius et Super Darius dans un décor minimaliste ; exit le bestiaire.

Darius twin (90) est un épisode exclusif à la super Nintendo. Il contient deux vrais plus= lorsqu’on meurt on récupère les armes accumulées jusque là. En deux: on peut redémarrer en lieu et place du dernier crash; sans avoir à recommencer du tout début du stage donc et contrairement aux versions précédentes.

Super nova/Darius Force (93) : est un autre épisode exclusif à la Super Nintendo. Ici quelques légères variations : il y a 8 niveaux de puissances « up gradable » pour l’armement et le nombre de vaisseau jouable passe de deux à trois.

Super Darius 2 (Exclusivité sur cd rom Nec) contient  quelques boss originaux et un remix Hard-rock de ses musiques.

Darius gaiden (95). Amélioré par de nombreux effets spéciaux (zoom, rotation), doté d’une bande son (et de bruitages) digne du premier épisode sur Arcade, voici un épisode qui semble faire  l’unanimité ! La carte arcade F3 de Taito est pleinement mise à profit au grand bonheur de nos « mirettes ». Les boss sont vifs, impressionnants et des plus dévastateurs ! En plus du nombre -ils sont 25- ils s’imposent par leur originalité dans des décors de toute beauté. Le titre est dispo sur Saturn, Playstation et Pc.

G Darius (97) est un nouvel épisode et le premier de la série à utiliser des polygones en 3D tout en conservant une jouabilité 2D.

Darius R (Sortie en 2002 : La version gba) est une adaptation récente et qui propose des variations parmi les boss et les niveaux. Une nouvelle réalisation de qualité qui s’ajoute à une ludothèque déjà très riche en hits. Une console moins en vogue... bientot mythique !

Note pour plus tard: finir en queue de poisson…

Darius Burst (2009) : Avec 11 Niveaux et 8 boss ce nouveau Darius mêle à nouveau 3D et 2D (comme g-Darius) tout en offrant les facilités d’un Darius Twin (Sur Super Nintendo)  et  un retour au principe de base : la grande largeur de son écran en salle d'arcade. A noter, pour finir: Disponible sur l’Apple store depuis peu (février 2012) Darius Burst Second prologue -sa suite-semble avoir pris le même chemin.  

Plusieurs clins d’œil à Darius se retrouvent dans différents titres de Taito : un tableau caché dans Rainbow islands, un tableau dédié dans Arkanoid (doh it again), entre autres…   

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

 
over-blog.com