samedi 17 décembre 2011

Rayman, des origines: Premières parties, joueur un.

Le premier épisode de Rayman, en 1995, je m’en étais détourné. Il m’apparaissait, à l’époque, comme une grossière imitation, trop inspiré de « Blue’s Journey » (dit aussi « Raguy », d’Alpha Denshi), sorti, cinq ans plus tôt (tout de même !) sur la console NEO-GEO.


 
A bientôt 40 ans (et oui, l’âge du jeu vidéo !) il m’arrive d’être encore plus blazé. Disons plutôt que lorsqu’une « nouveauté » sort, c’est souvent un jeu vidéo de plus que je vois venir et de très très loin…comprendre : une daube, un énième clone ou une séquelle foireuse, qui me fera perdre mon temps -et si précieux- de père de famille responsable (et pas coupable), de bosseur motivé (et souvent débordé) de « blogger » sur le tard (et en quete de temps libre).

 
Il y a, toutefois -et c’est heureux- de nouveaux titres vraiment nouveaux ou étonnants, de véritables petits chefs d’œuvres que ma méfiance, ma méfiance (légendaire ou presque) sert même à bonifier.
 


Rayman origins est de cet acabit. Bien au-delà de la surprise, ce jeu, merveilleux à l’usage, peut résonner pour les « anciens », comme une prise de conscience, presque naïve et évidente : le jeu vidéo français est au meilleur de son niveau. Compétitif et novateur, fun et consistant !


Bref, j’aurais pu me lancer dans un vaste comparatif et vous dire qu’il y a du Mario, du Sonic et du Donkey kong returns dans ce titre. Su été fermer les portes. Son gameplay, évolutif, allant au-delà !



Je pourrais en rajouter, en insistant, et vous confirmer que si vous avez enviés , sur Wii, les possesseurs de DONKEY KONG RETURNS -la dernière baffe admistrée sur Nintendo (et balancée par Retro studios)- et bien c’est fait ! La Xbox 360 et la PS3 ont désormais cet excellent équivalent   et sans Wiimote ! Plusieurs clins d’œil sont d'ailleurs fait à cette première source d'inspiration mais aussi à Limbo, autre "petite" frappe -du X box live cette fois- et qui brillait par son gameplay. Le titre fracasse ! Et non, Ubi soft ne m’a pas envoyé le jeu gratos (ce que je pourrais regretter) et d’ailleurs aucuns éditeurs ne m’a jamais rien envoyé ! Ce qui me rend : et fauché tristement, incorruptible ^^!



J’aurais pu vous dire, également, que l’ambiance sonore, hier déjà très inspirée, n’a pas aujourd’hui son pareil ! Je note, d’ailleurs, parmi celle-ci, un hommage à mon fameux Blue’s journey : le passage musical lorsque les bestioles à collecter passe du jaune au rouge (on pense à la musique, de fin de niveaux, présent dans Raguy.). Mr Ancel, si vous me lisez, j’ai bon ou pas ^^ ? J’ajoute, entre parenthèses, qu’en rejouant à Rayman (le premier) on peut aussi avoir de bonnes surprises. Par exemple: le son émis par l’apparition des petits personnages noires qui ressemblent à de petites bombes, dans les premiers niveaux, semble être celui que l’on entend à la réception… d’un sms ! Et je rappels, pour les plus jeunes, que ce type de messages en 1995, n’existaient, évidemment, pas !


Et que oui, les graphismes, sont juste magnifiques…


Et qu’en effet, le gameplay, comme déjà dit, change tout le temps ! Bref, on ne s’ennuie jamais et on y retourne… avec plaisir ! Quant aux musiques… Ah, les tableaux sous bossa nova !


Alors, au final, pourquoi ne pas scander: voter pour Rayman ! En ces temps de crise, où aucuns de nos politiques ne semblent trouver de quoi convaincre, acheter un produit culturel estampillé « Rayman », trans-générationnel et à haute valeur ajoutée, est en effet citoyen, surement et bon, aussi, pour notre économie ! Mais non ! Ce serait trop mou !
 

A une semaine de NOEL, la plus consumériste de l’année, je vous le conseil pour une autre raison, la principale : Rayman origins peut rassembler autour du sapin, petits et grands. Gamers à jeun et vieux consommateurs !

Je m’émerveille devant ce jeu, content de voir ma fille (quatre ans), d’avoir les mêmes réactions. Si ça ce n’est pas NOEL… on n’est pas loin de Mars! Mais, quelle bière est-il ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

 
over-blog.com