vendredi 12 février 2010

Reck is in the (ghost) house...


Ghost House: Le premier Survival-Horror …?
Quand Vinz m’a demandé de faire un guest sur son excellent retrogame blog, j’ai évidement accepté. Il fallait que je donne mon avis sur un jeu retro, chose assez marrante, j’ai immédiatement dis : Ghost House !


J’ai eus ma Master System lorsque j’étais jeune, et mes parents, peu fortunés, ne pouvaient pas m’acheter beaucoup de jeux.

Un jour de bon résultat scolaire j’ai eus le droit (privilège) de sélectionner un jeu (et oui, ça motive pour avoir de bonnes notes). Malheureusement à ce moment là, sur Master System, il n’y avait pas grand-chose. Et ayant conscience du peut de moyen financier de mes parents je me dirige vers les cartes Master System coûtant moins cher.

Alors pour l’histoire, mais une bonne partie des gens qui liront ces lignes sauront de quoi je parle, sur la toute première Master System, il était possible de mettre des cartouches ou des cartes (ressemblants aux HuCard de la Nec). Ces dernières étaient consacrées aux petits jeux demandant peut de place mémoire, elles étaient moins cher que les cartouches aussi.

Bref, je regarde les cartes, et là paf ! Je tombe sur un jeu : Ghost House, sur la pochette des chauves souris, à l’arrière, de l’action ! Un jeu qui va faire peur en plus ! Ni une, ni deux, j’achète (enfin, papa !)

De retour à la maison, c’est le test …


Je vais vous le dire ce que j’ai pensé de ce jeu à l’époque (puisqu’on est sur du retrogame) … Remontons le temps ensemble mes amis !

Une fois la carte mise dans la bête de puissance qu’est la Master System, je me félicite encore du choix de cette console. Pff, la NES et ses pauvres couleurs, sans parler de ses pauvre jeux où un gars moustachu doit sauter partout … Ca ne marchera jamais, les gens vont grandir, qui voudrait d’un mec bedonnant et moustachu comme idole ?

Bref, Power … Sega … Start, on y va (et oui pas d’installation ou de loading ni même d’update à l’époque) !

Et là le premier truc qui me marque, c’est cette question qui me suivra pendant mes premiers minutes sur Ghost House : Où je vais là, je fais quoi ?

Et oui, Ghost House est un jeu « open world ». Enfin quand je dis ça, je veux dire que vous pouvez aller où vous voulez dans le château. Et je vous assure qu’à l’époque les jeux de plate-forme on n’allait pas là où on voulait, on avançait vers la droite, et c’est tout … Et du coup, très habitué à être guidé, je n’ai absolument pas compris ce qu’il fallait faire.

Je ne lis jamais les notices, je préfère découvrir les choses moi-même, et quand je commence à bien comprendre le jeu, là je lis la notice pour voir si je ne suis pas passé à coté de quelque chose.

Mais pour le coup, pour Ghost House, j’ai immédiatement pris la notice et je l’ai lu du début jusqu’à la fin et j’ai enfin compris le principe du jeu … Laissez moi vous l’expliquer.


Vous êtes prisonnier dans un château infesté de créatures toutes plus méchantes les unes que les autres. Les contes vampires (Dwrrrracoulaaa) gardent précieusement un trésor de grande valeur. Vous aller donc récupérer ce trésor. Pour ce faire vous allez devoir trouver et battre chaque vampire reposant dans son cercueil, ils sont au nombre de 5, et pas toujours faciles à trouver.

Pour battre un vampire, il faudra faire quelques petites choses avant : d’abord récupérer la clef permettant d’ouvrir le fameux cercueil, et, en général à coté du cercueil, récupérer une épée permettant de battre le vampire (à main nue c’est impossible), sachant que cette même épée aura une durée de vie (un nombre de coup) limité.

Mais plein d’ennemis (pas trop méchant, mais très nombreux) essayeront de vous empêcher d’atteindre leurs chefs, sans parler des nombreux pièges cachés un peu partout dans le château.

De nombreuses chauves-souris viendront vous harceler en permanence, pas bien méchantes, leurs rôle est uniquement de faire diminuer gentiment, mais surement, votre barre de vie.


En revanche des monstres bondissants, des momies, des fantômes … eux, ils vous mettront réellement des bâtons dans les roues. Heureusement, vous avez la possibilité d’arrêter toute cette activité malsaine en sautant sur une lumière, cela freezera les ennemis, vous permettant de souffler un peu.

Et ensuite, une fois les 5 vampires tués ? Et bien le jour où j’ai réussi cette prouesse de haut de mes petites années, j’ai été très fière de moi, je me suis dis (déjà à l’époque) : Ghost House : FINI !

Et bien non, mes amis, quelle surprise lorsque qu’un nouveau niveau se présenta à moi … Plus dur, avec des ennemis plus coriace, aux couleurs plus criardes … Je suis personnellement arrivé à presque finir le niveau 3, à priori il devrait y en avoir 5 … Je n’ai jamais eus le courage de le finir.


Vous l’aurez compris, Ghost House est un jeu complexe, les niveaux sont très dur, et plus on progresse et plus c’est dur. Comme tout jeux de cette époque, vous avez, une barre de vie (qui se remplie après chaque vampire tué grâce à un cœur) et 3 vies, après c’est le game over qui nous fait tout recommencer depuis le début.

Techniquement Ghost House m’a toujours impressionné.

Plutôt réussi, le héros ressemble un peu à Alex Kidd avec des grandes pointues en plus (Alex Kidd qui n’était pas encore sortit à l’époque, si je ne m’abuse), c’est du SD à la Japonaise, quoi : une grosse tête et un petit corps. Les ennemis ont un design très réussis aussi. Le château et, mine de rien, rempli de petits détails (des bouteilles, des lumières, des tableaux, et même des petites fissures dans les murs …). Les niveaux sont grands (pour l’époque). Et tout ça sur une petite carte, même pas une cartouche, hein ! Je me demandais vraiment (et je me demande toujours) où ils mettaient tout ça !

Ce jeu aura le droit d’être transporté sur cartouche, après la sortie de la Master System 2, plus de cartes …

L’animation est correcte sans être transcendante, et le gameplay est évidement très bon. On évite vraiment de se faire toucher, le personnage ayant une très mauvaise réaction à ce moment là, il devient encore plus vulnérable. Et cette complexité dans le gameplay (la clef, le fait d’être attentif, l’épée …) donne un véritable intérêt à ce jeu.

Un truc surtout qui m’a marqué sur ce jeu, ce sont les musiques. Vu que je passais beaucoup de temps sur ce jeu, je gardais les musiques dans ma tête (qui tournent en boucle dans le jeu). La musique n’est pas extraordinaire, mais on la retient très vite. Non, l’un des trucs les plus agaçant dans Ghost House, ce sont les bruitages, beaucoup trop fort et trop aigues !

Quand on arrête une partie de Ghost House, on a souvent très mal à la tête !


Bref, j’ai eu Ghost House au début de ma Master System, et j’y ai joué pendant longtemps, et dernièrement, je m’y suis remis (je l’ai toujours en complet de l’époque), mais je l’ai pris aussi sur émulateur (vive les save states !) pour essayer de le finir, et j’avoue que même avec cette technique et le recul, je le trouve toujours aussi dur !

J’adore ce jeu. Il est méconnu et mal aimé, pourtant je trouve que pour l’époque il était vraiment novateur ! Il a posé les bases d’un style de jeu qui n’était pas vraiment représenté à l’époque : le jeu d’action-aventure … Voir même du Survival-Horror, votre vie diminuant à force d’être touché par ces (biiiip ) de (biiiiip) de chauves-souris ! Vos armes étant limités aussi, et le jeu est dans un contexte d’épouvante. Bref, l’une des pierres angulaire du monde vidéoludique, injustement boudé, alors n’attendez plus, et essayez le !



- Maman, prépare-moi du Tang, ce soir j’ai rendez-vous avec l’horreur !

- T’as raison, demain il y a école, c’est au lit à 8h30, en plus, ton père et moi on s’est loué un film en Betamax …

- Dawned !

7 commentaires:

  1. Hahaha !!!!
    Ca fait plaisir de voir l'un de ses articles ailleurs que dans son site !
    Merci Canivore VZ !
    Et bien vu les images de Tang et de Betamax !
    =)

    RépondreSupprimer
  2. Très bel article.
    J'ai moi aussi commencé avec la 8bit de Sega et Joe Musashi
    Maintenant je collectionne ces fameuses SegaCard que je n'avais jamais eu à l'époque.

    RépondreSupprimer
  3. Ce test est le premier test touchant que je lis de ma vie ^^
    Merci beaucoup d'avoir partager tous ces souvenirs.

    RépondreSupprimer
  4. Un très bel article ! Emouvant, bourré de souvenirs. On sent que cela a été écrit avec le coeur. Cela me rappelle le bon temps.
    Pas besoin d'une DeLorean pour remonter le temps, la passion pour le jeu vidéo est là pour nous transporter.
    Le bon vieux temps des cartouches, l'anecdote des bonnes notes (on a tous le même genre de souvenirs c'est marrant ;) )...
    Merci Reck pour ce merveilleux et précieux article !
    Sylvian

    RépondreSupprimer
  5. Whaouu !
    Merci les gars, je ne pensais pas vous toucher autant !
    C'est vrai que j'écris avec le coeur.
    Cette passion pour les jeux vidéos m'anime depuis longemps.

    Merci encore pour vos très beaux commentaires !
    =)

    RépondreSupprimer
  6. *clap*..*clap*..*clap*!!

    J'avoue ne pas me souvenir de ce jeu ...mais ce rétro-article me fait m'en mordre les doigts!!

    J'espère que tu nous rétroraconteras encore d'autres jolies histoires comme celle-là.

    :))

    RépondreSupprimer
  7. bravo pour cet article et merci Reck pour ce bel article plein de nostagie! slg

    RépondreSupprimer

 
over-blog.com