vendredi 11 décembre 2009

Sega ages (volume 26),Dynamite deka,le test de noel!

C’est bientôt noël...




Pour cette circonstance, j’ai choisi, cette semaine, de faire le test d’un jeu ressorti dans la série emblématique « Sega ages » sur ps2, son titre= Dynamite deka.


(Ici le fameux "Push run button" de la version nec)

Directement inspiré d’un film se déroulant le soir du réveillon. Ce jeu devrait nous permettre de nous replonger dans une ambiance: celle des fêtes de fin d’années mais aussi dans une autre époque;la fin des années 80. DIE HARD (Piège de cristal) sort sur les écrans…nous sommes en 1988.

(Le menu des 3 jeux en 1 de la version Playsation)

Rappel du synopsis : John McClane, un agent de police de New York, débarque à Los Angeles afin de passer les vacances de Noel, avec son ex-femme Holly et ses enfants. Mais au même moment, la tour Nakatomi qui abrite la soirée du réveillon et où travaille Holly, est envahie par un groupe de terroristes. Les preneurs d'otages, menés par un certain Hans Gruber, sont là pour un but précis : voler 600 millions de dollars en bon au porteur. Pour y arriver, ils ont tout calculé au millimètre près…Tout sauf un détail : McClane. (synopsis,source=wikipédia)


Sega ages 2500 (Volume 26) : Dynamite deka


Le test


Sortie en arcade sur le format stv en 1996, puis sur saturn, un an plus tard, Dynamite deka
(« Die hard arcade » en Europe) est ici proposé, sur ps2, dans un Sega ages (volume 26) qui contient, sur le même disque, le jeu, dans ces deux versions d’origines (saturn et arcade). Parfaitement restituées, l’on peut d'embler préfèrer la version arcade pour les graphismes et l’animation.Les nostalgiques de la saturn quant à eux apprécieront de retrouver la modélisation 3D, d’origine (sic !).
Ce jeu est un beat them all dans la pure tradition du genre : l’on avance d’un point A à un point B (dans un building, de type « Nakatomi plaza » avec un personnage à l’apparence de Bruce Willis…licence « die hard » oblige.).Sur le chemin (qui meme à la traditionnelle miss de fin) l’on rencontre un ensemble d’attaquant(e)s dont on ne peut qu'apprécier la variété (= joueur de football américain, ado à couteau en casquette, équipe de tueurs cagoulés sapé façon s.w.a.t et armés de mitraillettes, robots araignée, fille en rogne habillée de lingerie, sumo… ).Le but du jeu restant quant à lui assez banal puisque que consistant à progresser dans le niveau en tapant sur la horde pré-citée dans le but final de sauver la fille du président (Le président de quoi ?...bah, des Etats-Unis, évidement !);variante par rapport au film,point d'ex-miss mcclane ici...
Pour se faire, tous les coups sont permis ! L’on peut combattre, avec ses poings et ses pieds et composer quelques combos, se servir d’un nombre d’armes assez varié (balais, lance missile, taisons de bouteille, bombe lacrymogène…)
ou lancer beaucoup d’objets (dont certains assez atypiques...).Le soft est assez bien réalisé, l’action ne manque pas, il y a même des phases de « quick time events » (qui consistent, à appuyer au bon moment sur un bouton précis lors d’une phase d’action contrôlée par le programme afin d’avoir une issue plus favorable à la suite des événements…).
La puissance de feu des armes,elle, est très bien rendue... les bruitages adaptés et la musique très « hollywoodienne ».




Ainsi, même si en véritable adaptation de piège de cristal, les fans de John mac lane pourront préférer la version du jeu sorti sur pc engine (un vrai bon souvenir…) ou encore le très varié « die hard trilogy » sur PlayStation (jeu, quand à lui, « trois en un » qui reste très inspiré du film), on y trouve tout de même quelques moments où l’atmosphère du film y est assez présente (L’arrivée à la réception de l’hôtel avec la voiture de police en flamme encastrée dans la baie vitrée ;la brève phase où l’on monte, accroché aux parois, par la cage de l’ascenseur ou encore le dernier tableau, où, sur le toit enneigé, avec en hauteur un hélicoptère qui virevolte, l’on se bat, pieds nus avec un dernier boss sur-vitaminé).Les fans d’arcade et les amateurs
d’action à l’ancienne, quant à eux, apprécieront, l’ascension du building...pour la variété des objets utilisables et les nombreux coups possibles qui rendent assez « sympathique » le massacre à y effectuer (on reste toutefois très éloigné des chefs d’œuvres du beat them all (notamment sur super Nintendo).Et la modélisation des personnages en 3D peut faire un peu peur aux plus esthètes !).

(DIE HARD sur NEC)



A noter,enfin, la présence de plusieurs modes de jeux (tel que le one shot kill mode ou l’altered beast mode) qui augmentent la durée de vie et l’intérêt du titre.Grace à eux, l'on y rejoue volontiers.
Assez accessible au prime abord, les crédits, limités, manquent toutefois assez rapidement pour arriver à la fin des 5 stages…
Heureusement, particularité intéressante, qui peut grandement aider pour finir le jeu: l’on peut gagner des crédits en jouant à un mini-jeu (inclus en bonus).Le jeu se nomme "Périscope", une simulation de bataille navale…un conseil pour finir (et finir le jeu ) : commencer par là !

2 commentaires:

  1. J'aivais adoré la version PSX à l'époque.
    Le premier épisode était génial, on pouvait détruire toutes les vitres. Il y avait pleins d'armes à ramasser. C'était vraiment génial.

    Merci pour ce moment de nostalgie Carnivore VZ !

    RépondreSupprimer
  2. very well information you write it very clean. I'm very lucky to get this info from you.

    RépondreSupprimer

 
over-blog.com